Sabrina

 

Parce que l'hôpital s'apparente de plus en plus à une décharge publique;
parce que les moyens mis en oeuvre pour prendre soin de vous s'amenuisent encore et encore;
parce que les effectifs diminuent, mais que la charge de travail, elle, augmente;
parce que trop de souffrance, parce que trop de suicides;
ne nous taisons plus.

Merci à Sabrina: son combat, c'est le nôtre et le vôtre.